campus.be HomePage
The Campus team
Contact and who's who
UCL Louvain-en-Woluwe
UCL Louvain-la-Neuve
ULB Bruxelles
ULg Liège
UMons
HUB Brussel
KULeuven
UA Antwerpen
UGent
VUB Brussel
COLLABORATION HORIZONTALE
ENTRE HÉROÏSME ET TRAHISON,
IL N’Y A QU’UN PAS… SOUVENT DANGEREUX
Collaboration HorizontaleQuand Virginie confie ses peines de cœur à Rose, sa grand-mère, elle est loin de se douter de ce que sa mamy va lui dévoiler.
Car pour Virginie, l’amour que sa grand-mère vouait à son mari était indéfectible. Et pourtant… Flash-back.


PASSAGE DE LA BONNE GRAINE. Paris, 1942. Pour sauver Sarah, son amie juive, Rose décide d’intervenir auprès de Mark, l’officier allemand en charge de l’enquête menée au sujet des Juifs résidant dans la Ville Lumière.
Rose est mariée.
Son mari est prisonnier en Allemagne. Ils ont un petit garçon. Mais qu’importe, entre Rose et Mark va naître une passion irrépressible. Un amour interdit et plus que dangereux.

ROSE VA DÈS LORS SE LIVRER CORPS ET ÂME à cet ennemi qui, à mesure des jours qui passent, va lui permettre de déceler enfin, la femme qu’elle est vraiment.
Mais au-delà de cette passion inavouable, le lecteur va très vite découvrir le véritable héros de ce récit: l’immeuble où vit Rose.
Si ce n’est un vieil homme aveugle –mais pas pour autant dénué du don de double vue- et un planqué dans la force de l’âge, cet immeuble est en fait le sanctuaire de huit femmes.

HUIT FEMMES, DONT NAVIE (Virginie Moser) au scénario et Carole Maurel au dessin, vont nous dévoiler leur quotidien, mais également leur destin.
Ainsi, outre Rose, il y a Joséphine, jolie nana aux allures de garçon manqué et qui ne sait comment révéler son homosexualité.
Il y a encore la concierge qui épie, cancane, ouvre le courrier des locataires. À quand la délation?

ON Y RENCONTRE AUSSI UNE BELLE-SŒUR, continuellement frappée par son mari, le planqué. Puis l’on découvre encore cette vieille folle, qui ne perd pas tant la tête qu’on ne le croit.
Bref des femmes ordinaires ou héroïques, c’est selon, veuves ou célibataires, juives ou athées, scandaleuses ou acariâtres, ayant chacune leur beauté, leur faiblesse, des regrets et des espoirs.

UNE TRÈS BELLE HISTOIRE axée sur un sujet pour le moins délicat: l’amour et l’adultère en période de guerre.
Qui n’a encore en tête ces images de femmes tondues, frappées, injuriées, exhibées face à une foule vindicative.
Des femmes devenues les victimes expiatoires d’une rancune contenue durant les cinq longues années d’Occupation?

SI NAVIE ÉVITE LES CLICHÉS et toute forme de voyeurisme, elle ne fait aucunement preuve de fausse pudeur pour y aller d’un récit d’une belle intelligence qui se trouve excellemment mis en exergue par le trait élégant et tout en douceur du crayon de Carole Maurel.
Une bédé émouvante, pleine de pudeur, qui aborde ces moments où héroïsme et courage devaient parfois faire bon ménage avec trahison.

Delcourt-Mirages
Charly  ▲
Collaboration HorizontaleCollaboration Horizontale
Collaboration HorizontaleCollaboration Horizontale
Collaboration Horizontale
Collaboration Horizontale