campus.be HomePage
The Campus team
Contact and who's who
UCL Louvain-en-Woluwe
UCL Louvain-la-Neuve
ULB Bruxelles
ULg Liège
UMons
HUB Brussel
KULeuven
UA Antwerpen
UGent
VUB Brussel
Deux de chez French Pulp,
deux polars des années 60
Du rififi. A Paris ou New YorkLes vacances sont là. L’occasion rêvée pour meubler vos temps morts via la lecture de bouquins en tout genre.
À cet effet, les Éditions French Pulp ont eu l’excellente idée de rééditer des polars signés par des auteurs de renom.
Des écrivains que nos grands-papas voire nos géniteurs dévoraient sans modération.
Des policiers à ce point noir de chez noir, qu’ils sortaient dans des collections aux titres révélateurs de ’Série Noire’ ou ’Fleuve Noir’. Tout un programme!


’DU RIFIFI À NEW YORK’ ou -si vous préférez- pour 20 milliards de diamants est sorti en 1961. Son auteur, Auguste Montfort (1913-1999), alias Auguste Le Breton, est l’homme qui en littérature policière inventa le mot ’Rififi’.
Un mot que l’on retrouvera dans 13 titres des quelque 80 romans écrits de sa main et sortis en librairies.
Romans dont certains ont connu les honneurs du grand écran. On pense notamment à ’Du rififi chez les hommes’, ’Razzia sur la chnouf’ et bien évidemment ’Le clan des Siciliens’ où l’on retrouvait dans la distribution, le trio Gabin, Delon, Ventura.

LE STYLE D’AUGUSTE LE BRETON, mais également son vocabulaire, duquel l’argot n’est pas étranger, plonge le lecteur dans l’atmosphère du milieu.
Un milieu qu’il connaît bien pour l’avoir fréquenté durant sa jeunesse, là même où les truands parisiens lui collèrent le surnom de Le Breton.
Premier volume de la série des ’Rififi’, ce polar balance le lecteur dans le New York de l’année 1962. Tandis que Mike Coppolano mène un combat acharné contre le crime qui gangrène la grande ville américaine, son père Louis se retrouve impliqué, bien malgré lui, dans ce qui sera le casse le plus audacieux de l’après-guerre. Qui du père ou du fils sortira vainqueur? Si vainqueur il y a.

PARIS VA MOURIR’. Un thriller sorti en 1969 et qui pourtant semble jouer sur des angoisses plus que contemporaines. Son auteur, Francis Ryck (1920-2007) remplit ses récits, eux-aussi très souvent adaptés au cinéma -’Une souris chez les hommes’ avec de Funès, ’Le silencieux’ avec Ventura, ’Conseil de famille’ avec Johnny Halliday…- sont généralement truffés de personnages fantastiques et extravagants.
En fait, ses romans marquent une rupture dans le monde du polar et de l’espionnage.
Dans ’Paris va mourir’, Ryck cerne l’actualité avec 40 ans d’avance. Imaginez! Nous sommes à Paris fin des années 60.

LANCEE D’UN PONT, une grenade atterrit sur un bateau-mouche. L’inquiétude. Peu après, une bombe explose dans un train. Le début de l’hystérie. Ensuite, des bus explosent.
La population sombre dans la psychose et l’angoisse. Les services secrets ont intérêt à mettre au plus vite fin à tous ces attentats qui visent à faire de la Ville lumière une ville morte. Un ouvrage qui ne se lit pas. Il se dévore.

Deux romans parus chez French Pulp.
Charly  ▲

Du rififi. A Paris ou New York
Du rififi. A Paris ou New York