The Campus team
Contact and who's who
UCL Louvain-en-Woluwe
UCL Louvain-la-Neuve
ULB Bruxelles
ULg Liège
UMons
KULeuven
Odisee Brussel
UA Antwerpen
UGent
VUB Brussel
Il était une fois… René Hausman
Il était une fois…Une silhouette du type bahut ardennais. Une énorme barbe grisonnante, fleurie à souhait. Une prestance hors du commun. René Hausman ressemblait comme deux gouttes d’eau à tous ces ogres sortis de ces contes et légendes d’antan, qu’il illustrait de façon merveilleuse.
Un ogre pas méchant du tout et dont la douceur et la gentillesse se reflétaient dans des yeux pétillants de malice et surtout de bonté.
René Hausman, une légende de la BD qui s’en est retournée au royaume des fées, elfes, lutins et autres farfadets qui hantaient ces forêts secrètes où il aimait traîner ses grosses bottes de sept lieues.


LE 28 AVRIL 2016, CE NARRATEUR NÉ, cet illustrateur-dessinateur au talent inouï, ce fabuliste du merveilleux rangeait à jamais encre, plume, crayons, couleurs et pinceaux, pour rejoindre cet univers féérique et fantastique qu’il nous restituait avec sensibilité, légèreté, mais aussi avec une minutie et une patience sans égales.
Dans le travail de cet homme à la richesse intellectuelle infinie, le souci de la perfection transpirait dans le moindre détail de ses dessins ou illustrations.
Pour s’en convaincre, il suffit de regarder ci-après la cover du ’Roman de Renart’ que publiait dans les années 60 et dans la collection ’Terre entière’, la Maison Dupuis.
Un vrai régal de fantaisie, de poésie et de méticulosité. Une véritable peinture. Un petit chef-d’œuvre.

VACCINÉ DEPUIS SA NAISSANCE aux senteurs de ces légendes ardennaises que lui contait sa grand-mère, René Hausman a depuis toujours marqué un intérêt plus que certain pour ces histoires que l’on racontait le soir à la veillée et qui commençaient toujours par: ’’Il était une fois…’’
Comme l’écrivait un ami journaliste, des traces de René Hausman on en trouve un peu partout.
Cela va d’affiches en tout genre à cette fresque inspirée du ’Livre de la jungle’ et peinte sur l’un des murs du local des scouts de l’Institut Saint-Michel à Verviers, en passant par des étiquettes de vin, des cartes postales, des caricatures, des calendriers, des peintures murales dans différents restaurants de la région verviétoise ou des fagnes, des timbres…
Partout où il apposait sa griffe, le génie créatif et le graphisme de l’ami René faisaient merveille.

QUELQUES HEURES AVANT SON DERNIER VOYAGE, dans la quiétude de son atelier, Hausman travaillait sur la 7e planche de ’La mémoire des pierres’.
Une nouvelle petite merveille graphique dont le scénario avait été ciselé et peaufiné par Nathalie, son épouse, ainsi que par son vieux copain Robert Reuchamps.
Cette œuvre, suite au décès du grand enlumineur de la BD franco-belge aurait pu sombrer dans l’oubli, mais l’artiste était à ce point professionnel qu’avant de passer à la réalisation des planches, il avait esquissé la totalité de l’album sous forme d’un story-bord que Dupuis vient de faire paraître en tirage limité dans sa collection ’Air Libre’.

À CÔTÉ DE CET OUVRAGE D’EXCEPTION, voici quelques titres récents sortis chez Dupuis et qui permettent de découvrir ou redécouvrir celui qui restera à jamais comme l’un des maîtres les plus singuliers de la bd belge. ’Les chasseurs de l’aube’, ’Capitaine Trèfle’, ’Le camp volant’, ’Sortilèges et méchanteries’, ’Les trois cheveux blancs’ ou encore ce Chlorophyle paru au Lombard, vibrant hommage à Raymond Macherot, cet autre dessinateur verviétois qui lui mit le pied dans l’étrier du monde de la BD.
Charly  ▲
Il était une fois…Il était une fois…
Il était une fois…Il était une fois…
Il était une fois…
Il était une fois…
Il était une fois…
Il était une fois…
Il était une fois…