The Campus team
Contact and who's who
Berlin Finale,
Un best-seller inédit en français
Berlin FinalePublié en 1947 en Allemagne, vendu à plus de 100.000 exemplaires, ’Berlin Finale’ est l’un des premiers romans post-Seconde Guerre mondiale.
Un ouvrage signé Heinz Rein, et qui décrit, dans toute sa complexité, le rapport des Berlinois au nazisme.
Inédit en français, il s’avère une redécouverte aussi forte que ce ’Seul dans Berlin’ que signait Hans Fallada.


EN QUELQUES MINUTES, de villes comme Tokyo, San Francisco ou encore Lisbonne furent totalement détruites par un tremblement de terre.
Il fallut plusieurs jours pour que les incendies de Rome, Londres ou Chicago soient totalement éteints.
Par contre, les brasiers et séismes qui se sont déchaînés sur Berlin débutèrent dans la nuit du 23 août 1943 pour s’achever sous le ciel gris et pluvieux du 2 mai 1945. Énorme!

ÉDITÉ ENFIN EN FRANÇAIS, ce fort ouvrage de quelque 870 pages restitue, de façon aussi intense que cauchemardesque, l’enfer qu’a été la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Et comme l’affirmait le journaliste FJ. Raddatz, ce ’Berlin Finale’ s’impose comme un témoignage historique pour le moins unique.
Il faut savoir que Heinz Rein, né à Berlin en 1906, va devenir bientôt journaliste sportif.
Mais dès 1934, ses écrits se voient boycottés par le régime nazi. Arrêté puis relâché par la Gestapo, il deviendra consultant littéraire pour l’administration allemande dans la zone d’occupation soviétique.
Ensuite il deviendra auteur freelance en Allemagne de l’Est, d’où il s’enfuira pour se réfugier à Baden-Baden.

DANS CE REMARQUABLE OUVRAGE, qui se veut une sorte de reportage aussi poignant que passionnant, le lecteur se retrouve parachuté en avril 1945 alors que les bombes pleuvent sur Berlin, que les Russes sont aux portes de la capitale du Reich et que le régime nazi tente une dernière percée.
Au beau milieu de cet immense chaos se débattent Joachim Lassehn, un jeune soldat, Friedrich Wiegand, un syndicaliste torturé dans les camps; le docteur Walter Böttcher, qui aide les dissidents à vivre dans la clandestinité.
Et, enfin, Oskar Klose, un barman devenu responsable du nouveau quartier général de la résistance.
C’est à travers ces personnages que le lecteur pourra découvrir toute la complexité du rapport des Berlinois au nazisme. Un grand moment de lecture intense et brillante pour les férus d’Histoire.

Belfond [Vintage]
Charly  ▲

Berlin Finale