The Campus team
Contact and who's who
Actiris
LeForem
UCL Louvain-en-Woluwe
UCL Louvain-la-Neuve
ULB Bruxelles
ULg Liège
UMons
KULeuven
Odisee Brussel
UA Antwerpen
UGent
VUB Brussel
LES VILLES IMPERIALES MAROCAINES
Le MarocFès, Meknès, Marrakech et Rabat ont été les capitales du royaume à diverses époques de la monarchie. Elles témoignent de la grandeur et du raffinement du Maroc historique.
Son riche patrimoine culturel, une synergie de civilisation berbère, arabe, andalouse, juive et occidentale, ainsi que l’hospitalité de ses habitants, garantit un séjour fait que de bonnes surprises.
Partout palais, mosquées et monuments grandioses vous attendent.


MARRAKECH. Notre guide nous fait découvrir la première d’entre elles, probablement la plus connue: Marrakech, la ville ocre, faisant référence à la couleur de nombreux bâtiments. Son nom signifie ’’terre de Dieu’’.
Une façon de s’habituer à la température estivale en ce mois d’octobre, on opte pour la fraîcheur d’une balade matinale à travers le jardin Majorelle, du nom du peintre français qui y vécut.
Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé l’ayant racheté après la mort du peintre, ils y séjournèrent souvent. Leurs cendres ont été dispersées dans la roseraie oÁ¹ figure une stèle à leur mémoire.

UN MUSÉE BERBÈRE avec plus de 600 objets (bijoux, ceintures, armes, pièces en bois de cèdre, tissages) atteste de la richesse de la culture berbère.
Le Musée Yves Saint-Laurent, récemment inauguré est entièrement consacré à l’œuvre du grand couturier, mérite à lui seul le déplacement.
L’exposition permanente, renouvelée tous les six mois, une librairie et une boutique, ne feront pas qu’émerveiller les touristes japonaises présentes en grand nombre. www.jardinmajorelle.com

CHEZ LE VIZIR. Prochaine halte, le Palais Bahia, demeure du vizir Ahmed ben Moussa. Les cours ombragées, jardins d’agrément et nombreuses fontaines abritaient à la fin du 19ième siècle ses 4 épouses et 24 concubines des regards indiscrets.
La medersa Ben Youssef, une école coranique, accueille un bon millier d’étudiants.
La cour rectangulaire avec au centre un bassin en marbre blanc destiné aux ablutions est un sujet rêvé pour chaque photographe, qu’il soit amateur ou professionnel.

VISITE DE LA MÉDINA. La visite de la ville ne se conÇoit pas sans une découverte de la médina, son cœur historique. 14 km de remparts en pisé la protège. On y entre par la porte Bab Agnaou ou porte du bélier sans cornes.
Les souks sont vieux de 8 siècles. Un vrai labyrinthe. Artisans, vanniers, ferronniers y travaillent comme jadis. Marchander un bel objet en cuivre ou un portefeuille en cuir fait partie des incontournables.
Au crépuscule, la Place Jemaa el-Fna, avec en toile de fond la Koutoubia ou mosquée des libraires, proclamée patrimoine oral et immatériel de l’Humanité par l’Unesco, s’anime. Le spectacle est ininterrompu.
Charmeurs de serpents, porteurs d’eau, herboristes, vendeurs de jus d’oranges, conteurs ambulants, toutes les saveurs et sensations sont au rendez-vous.
On te conseille de prendre de la hauteur et d’admirer le spectacle du haut d’une terrasse en buvant un thé à la menthe.

LA MAMOUNIA. Si ton portefeuille le permet, loge à La Mamounia, le palace cher à Winston Churchill ou alors dans une des somptueuses villas de La Palmeraie, haut lieu de la jet-set internationale.
A défaut, de nombreux riads, magnifiquement décorés, te garantiront un séjour authentique.

EN ROUTE VERS RABAT, la ville blanche, l’actuelle capitale du royaume. Ce qui frappe immédiatement, c’est le calme relatif qui y règne, comparativement à l’excitation de Marrakech. De nombreux fonctionnaires y résident.
Un mausolée abrite les tombes des rois Mohammed V et Hassan II. Il est situé en face d’une immense esplanade où se dresse la célèbre tour Hassan, qui n’est autre qu’un minaret inachevé.
En fin de journée, rien de tel que de se promener à travers les ruelles de la kasbah des Oudayas, également inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.
Le soleil couchant nous offre un splendide jeu d’ombres et de lumières. Un endroit rêvé pour rencontrer quelques jeunes étudiants en quête de conversations.

CITÉ ROMAINE DE VOLUBILIS. Le lendemain, on déambule à travers les ruines de la cité romaine de Volubilis, datant du IIIième siècle avant J.-C. et ses mosaïques, sous un soleil de plomb! Le site se trouve au beau milieu de milliers d’oliviers et à la lisière de forêts de chênes-lièges, ce qui ne gâche en rien le plaisir de s’imaginer quelques siècles en arrière.

TROISIÈME VILLE IMPÉRIALE, MEKNÈS, la ville verte. Elle fut capitale du temps de Moulay Ismaël, le monarque alaouite.
On traverse le mellah (quartier juif) et ses anciennes maisons aux balcons andalous, avec ses quelques boutiques d’orfèvrerie, avant d’atteindre les greniers à grains, construits jadis comme réserve alimentaire face aux nombreux envahisseurs.
Lors de votre passage à Meknès, ne manquez surtout pas la monumentale Bab Mansour, une des plus belles portes du Maroc.

NOUS VOILÀ ARRIVES A FÈS, la ville bleue. La cité revendique le statut de capitale spirituelle et culturelle du pays. L’hôtel étant en dehors de la ville, sur les hauteurs, rien de plus impressionnant que d’entendre monter au petit matin les appels à la prière des muezzins, provenant de dizaines de mosquées situées dans la vieille ville.
On rentre dans la médina par la Bab Bouljoud. Les 4000 ruelles forment un immense labyrinthe où il est recommandé de se faire accompagner par un guide local, au risque de s’y perdre.
La mosquée Quaraouiyine, foyer intellectuel du monde musulman, la plus ancienne université du monde, attire notre attention.

LE QUARTIER DES TANNEURS. C’est au quartier des tanneurs qu’on est attendu. Avant d’escalader un escalier nous emmenant sur une des terrasses, on nous donne gentiment une feuille de menthe à mâchouiller, une façon élégante de masquer les odeurs.
On a une vue plongeante sur des alvéoles multicolores où les peaux sont nettoyées, grattées, retrempées, raclées, rincées.
Le cuir se retrouve ensuite chez les teinturiers, les brodeurs et autres couturiers. Des techniques ancestrales toujours d’actualité. Décidément le Maroc d’aujourd’hui a toujours de quoi surprendre.

SUGGESTIONS:
goûter aux délices de la cuisine locale. Pastilla de pigeons, tajine de poulet aux citrons confits, dattes au massepain, délicieuses cornes de gazelle à la pâte d’amande parfumée à la fleur d’oranger ont ravi nos palais.
ramener des parfums d’Orient et des épices dont le ras el hanout, appelé ’’cache misère’’, un mélange pour ceux et celles ne sachant pas (bien) cuisiner, de l’huile d’argan (de la vraie), du safran, de la cannelle, du cumin, du curcuma.

Plus de renseignements:
Office National Marocain du Tourisme
Avenue Louise 402, 1050 Bruxelles
www.visitmorocco.com
Marc S.  ▲
Le MarocLe Maroc
Le MarocLe Maroc
Le Maroc
Le Maroc
Le Maroc
Le Maroc
Le Maroc