CampusTeam
Contact and who's who
Actiris
LeForem
UCL Louvain-en-Woluwe
UCL Louvain-la-Neuve
ULB Bruxelles
ULg Liège
UMons
KULeuven
Odisee Brussel
UA Antwerpen
UGent
VUB Brussel
La frontière
Ou la fin d’une trilogie magistrale
La frontièreMea culpa, je l’avoue, je ne connaissais pas Don Winslow. Nul n’est parfait, me direz-vous!
Et pourtant, l’homme a déjà 19 romans à son actif. Mais aujourd’hui, après avoir eu l’occasion de lire ’La frontière’, un fort ouvrage de quelque 850 pages qui se veut le troisième et dernier volet d’une trilogie débutée il y a quatorze ans, je peux vous assurer que pour les fêtes de fin d’année qui s’annoncent, plusieurs de ses ouvrages figureront sur mes listes adressées à Saint-Nicolas, au Père Noël et à tous ceux qui me demanderont ce qui me ferait plaisir pour mon Nouvel An. Avec Winslow c’est du lourd! Du très lourd même!


SA PLUME, IL LA TREMPE DANS DE L’ACIDE SULFURIQUE lorsqu’il évoque les relations entre l’Amérique du président Dennison -à la lecture vous penserez directement à un certain Donald.
Pas Duck, mais Trump- et l’Amérique centrale des narcotrafiquants.

C’EST VRAI QU’À LE LIRE, et vraisemblablement à n’en pas douter, l’argent sale de la drogue est blanchi à Wall Street, sous l’œil bienveillant de l’équipe présidentielle.
Alors, roman de politique fiction ou roman de politique réalité? Une chose apparaît comme une évidence: Don Winslow ne partira jamais en vacances avec l’actuel président des États-Unis.
Cela dit, et comme moi, vous allez vous prendre au jeu de rechercher dans ’La frontière’, le véritable nom de nombreux personnages qui se veulent fictifs, mais qui n’ont jamais été aussi proches de la réalité.
Au fait, et pour rester dans l’actualité, Don Winslow aurait très bien pu choisir comme titre ce 3e volet: ’Le mur’. Celui-là même qui fait débat aux États-Unis.

APRÈS ’LA GRIFFE DU CHIEN’ ET ’CARTEL’, voici donc le moment où winslow écrit le mot fin à une fresque magistrale, impressionnante de rythme et d’efficacité.
Du coup, dans ce dernier opus de cette trilogie, on retrouve Art Keller, ancien agent de la DEA qui se voit recruté par le sénateur républicain O’Brien afin de participer à une opération officieuse au Guatemala.
Objectif: aider le cartel du Sinaloa, dont la mainmise sur le Mexique assure un semblant de stabilité à la région, à se débarrasser de Los Zetas, une organisation rivale sanguinaire.
Or, la rencontre organisée entre les deux cartels va tourner à un incroyable bain de sang.

AYANT ACCEPTÉ DE PRENDRE LA TÊTE DE LA DEA, Keller sait maintenant que pour écraser le fléau de la drogue, c’est désormais au sommet de la pyramide qu’il faut frapper.
Il n’empêche que ’La frontière’ concerne également moult histoires de vengeance entre cartels rivaux, ou si vous préférez, entre les fils et même les petits-fils d’anciens parrains aujourd’hui disparus.
Quant à Keller, sa lutte incessante va l’amener assez curieusement à proximité du pouvoir américain.
Un thriller politique à couper le souffle, et à ne manquer sous aucun prétexte si vous êtes amateurs du genre ou alors, si les dessous de table et autres manigances de grands politiciens vous passionnent.

La Frontière chez HarperCollins Noir
Charly  ▲

La frontière